Sélectionner une page

SUPA BASSIE ⋅ Dancehall On Jamaica Avenue

poumon perfect judas collectif vacance entropie

Ce disque est garanti production 100% locale en Nouvelle-Aquitaine. Retrouvez-le dans nos points de vente partenaires « Le Rayon du RIM » (disquaires, libraires…) > + d’infos ici.

Artiste : SUPA BASSIE

Album : Dancehall On Jamaica Avenue

Label : SABOR DISCOS

Sortie : 05/11/2021

Genre : Reggae

Supa Bassie est un artiste vétéran de la scène reggae espagnole.

Né en 1976 dans la ville de Valence, il noue son premier contact avec la musique reggae grâce ses frères plus âgés, DJ’s vétérans de reggae à Valencia depuis 1987.

En 1994, Supa Bassie forme son premier groupe de reggae «Llança de Foc» qui obtint une bonne notoriété à Valencia, et qui participa à plusieurs festivals reggae en Espagne à la fin des années 90.

SUPA BASSIE ET SERGENT GARCIA

En 2006, Supa Bassie et Nano Bravo rencontrent Bruno, aka Sargento García, et l’invitent à partager la scène pour un concert à Valencia. Après cette expérience, les trois artistes décide de créer Okokan Sound System en 2007. Ils réalisent des chansons en combinaison et les enregistrent rapidement pour donner vie à «Okokan Sound Vol-1». Ce disque leur permet de monter une tournée de 2 mois au Mexique. De retour de ce voyage, Nano Bravo abandonne Okokan. Le projet change alors de nom pour «Salsamuffin all stars» et se produit en Europe. Début de 2010, Supa Bassie part avec Sergent Garcia en Colombie pour collaborer à l’enregistrement de son album «Una y otra vez». Ils y mettent en boîte notamment la combinaison «Yo soy Salsamuffin» (La Gwagwita / Cumbancha 2011). S’en suit une série de dates à travers la Colombie, l’Argentine, l’Équateur et le Chili. S’enchainent ensuite les visites au Japon, États-Unis, Canada et Europe avec le projet Sergent Garcia. Bassie fait partie du groupe de musiciens de Sergent Garcia qui ont enregistré l’album «Contre vents et marées» (2015). La tournée qui s’en suit les conduit dans toute l’Europe et l’Amérique latine. En 2017, il rejoint l’équipe de Sergent Garcia pour la tournée du 20e anniversaire du projet Bruno, qui passe dans toute la France, l’Espagne, la Suisse, la Belgique, la Hongrie, l’Italie, l’Allemagne, l’Espagne et le Mexique. Membre à part entière du combo, Supa prépare le retour de Sergent Garcia sur scène pour l’automne 2021 (notamment en France)

PARCOURS MUSICAL DE SUPA

En 1999, il s’associe à ses deux frères «Neetee» et «Greetee» ainsi qu’avec « Fandos » aka «ELE» au sein du Sound System Stereotone, l’un des plus anciens et respectés Sound en Espagne. De ce travail, Supa Bassie commence à être reconnu comme chanteur et propose son spectacle solo dans les festivals reggae et musiques métissées en Espagne.

En 2003, son groupe de focs de Llança est dissous. Supa Bassie travaille désormais comme soliste enregistrant des sessions pour des street tapes avec le producteur valenciano Sent-Up.

En 2004, le morceau «Otro nivel» a été un succès et une déclaration d’intention de Supa Bassie, qui lui permit de décrocher son premier classique dans la scène reggae nationale.

En 2006, après l’édition en vinyle des titres «Mándame una señal», «Señorita», «Me dices te quiero» y «Sentado en mi yard», Bassie atteint une reconnaissance jusqu’en Amérique Latine notamment au Mexique, en Colombie et au Chili.

Le morceau «Tu Sonido va a Morir» feat DJ Daddy Maza se classe numéro 3 en février 2009 dans les charts.

En 2010, commence la tournée promotionnelle du disque «Crónicas de un Viaje», incluant 2 mois de dates au Venezuela épaulé par le groupe local Circulo Dub.

En 2014 après quelques années à tourner et enregistrer sort son second disque «Diario de a bordo», un album enregistré entre l’Espagne, la Colombie et le Venezuela. Puis Supa Bassie commence à travailler avec le producteur catalan «Raggatack», dont sortiront des singles reprenant le son du reggae digital des années 80. Ce son typique de la Jamaïque des années 80-90, il essaie de le reproduire avec succès dans l’album «The Dance It Have Fe Nice» qui sort en 2015. Les singles «Champion Veteran», «Wolf», «The Road Is Tuff» ont eu un retentissement sur la scène reggae espagnole permettant à Bassie de se produire avec le sound system Stereotone, et de se produire aux côtés d’artistes de renommée internationale dans les festivals Dub Academy du festival Rototom Sunsplash et l’International Dub Gattering Festival.

La mixtape «Singles Showcase – Vocals & Dubs» lui permet de tourner en Espagne, faisant de Supa un habitué des sound systems nationaux lui conférant définitivement une stature d’artiste charismatique et incontournable de la scène reggae nationale.

En 2019, Supa Bassie relance Llança de Foc, son groupe reggae des années 90’s pour une série de concerts célébrant le 25e anniversaire de la fondation du groupe.

En 2021, SUPA BASSIE collabore avec le label de disque français Sabor Discos pour la sortie de son premier LP vinyle compilation, intitulé «Dancehall On Jamaica Avenue». Cette sélection regroupe 12 titres de 2008 à 2021, retraçant la carrière solo la plus intense de l’artiste depuis ses débuts. Le disque est distribué en France et en Espagne.

LE RAYON DE CE LABEL

DÉJÀ TOUT EN BAS ?
ON A ENCORE :

Créé avec amour par le RIM

Le Réseau des indépendants de la Musique rassemble les acteurs musiques actuelles en Nouvelle-Aquitaine

DIABLO · Desorden publico

diablo desorden publico sabor discos

Ce disque est garanti production 100% locale en Nouvelle-Aquitaine. Retrouvez-le dans nos points de vente partenaires « Le Rayon du RIM » (disquaires, libraires…) > + d’infos ici.

Artiste : Diablo

Album : Desorden Publico

Label : Sabor Discos

Sortie : 26/02/2020

Genre : Ska, Rock, Musique du monde

Le plus connu des groupes de rock sud-américains après Los Fabulosos Cadillacs  (Argentine) existe déjà depuis plus de 30 ans (1985). C’est le premier véritable groupe de ska du Venezuela et un des groupes latinos phares actuels.

1985, 2 DJs du milieu underground, José Luis Chacín et Horacio Blanco, baptisent leur groupe Desorden Público en référence aux camions de l’Ordre Public de la garde nationale vénézuelienne. Ces spécialistes du ska, du punk, de la new wave britannique et du reggae jamaïcain donnent un son très Two Tone à leur formation. DP se fait rapidement connaître dans les bars, théâtres et autres festivals punk et underground avant d’avoir l’opportunité d’enregistrer leur premier album en 1988 « Desorden Público » qui obtient un beau succès dans le pays. Le combo démarre ses premières tournées nationales et internationales.

Les années 90 marquent une ouverture vers d’autres styles musicaux : cumbia, salsa, merengue, percus afrovenezueliennes, soul, jazz, funk…De cette période d’expérimentations surgit l’album « En Descomposición » en 1990. Le groupe multiplie les interviews dans les fanzines latino-américains mais aussi européens et américains, participe à une compilation allemande puis à un festival à New York avec les Toasters.

Desorden Público s’inscrit désormais dans le mouvement ska international. En 1993 l’opus « Canto Popular De La Vida Y Muerte » est disque d’or au Venezuela et les rend plus célèbre encore en Amérique latine avec leurs thèmes prônant l’unité latine et la tolérance, critiquant une certaine politique. Ils tournent aussi bien au Mexique, à Porto-Rico ou les Etats Unis que dans les petites villes de leur pays. DP est devenu le plus grand groupe national et joue devant 120 000 personnes à Caracas.

En 1996 ils viennent pour la première fois en Europe (Espagne, Allemagne) puis enregistrent à Los Angeles le 4ème album : « Plomo Revienta » qui sort en 1997. Le groupe y critique la violence sociale, économique et culturelle dont sont victimes les pays du 1/3 Monde, notamment les latino-américains. Il est disque d’or au niveau national, le titre « Allá Cayó » cartonne à la radio et la bande rempile pour une tournée nationale et internationale (Mexique, 7 pays d’Europe, Colombie, Panama en 1998).

Les DP participent à des disques hommage à Police et The Specials ou en faveur des droits de l’enfant (UNICEF). En 1999, un Best Of de leurs premiers morceaux est en vente. « Dónde Está El Futuro ?» regroupe des thèmes inédits, de nouvelles versions, des titres en concert. Après une troisième tournée en Europe au milieu de la même année, ils rentrent à Caracas où ils sont décorés de l’ordre de Diego Losada, comme représentants de la culture de la jeunesse caracassienne.

En 2000, ils quittent Sony, cette multinationale qui ne respecte pas leur musique et leurs textes politiques très critiques vis à vis des leaders responsables de la situation socio-économique difficile en Amérique latine. Ils enregistrent « Diablo » à Miami pour le label indépendant Guerra Sound Records. Le groupe a choisi Sabor Discos, jeune label français basé à Mont de Marsan et spécialisé dans la musique latino actuelle afin d’obtenir la consécration en Europe.

 

« Diablo » fut triple platine en Amérique Latine ! Il renouvelle le son de Desorden Público avec des sonorités électroniques tout en regorgeant de syncopes sentant bon les îles Caraïbes. Le tout, avec cette chaleur et cette fièvre latine si caractéristique. « Diablo » est une fusion de ska, salsa, électro, percus africaines, dub…Desorden accueille des invités célèbres : Neville Staples (ex-Specials) et Fermín Muguruza (ex-Kortatu/ Negu Gorriak). Ils parlent comme à leur habitude des débats d’actualité (« El Clon », « Cyber-Revolucionario »…), de la situation sociale (« Combate », « Engañados »…) ou de l’amour (« Sabroso », « La Indecisión »…). Les singles « Combate », « Black Market Man » ou « El Clon » seront trois hits au Venezuela. Le disque est toujours disponible en France, distribution Mosaic Music.

Septembre 2003, Desorden Publico fête ses 18 ans de carrière dans un théâtre de Caracas devant des milliers de fans, dont certains les suivent depuis leur enfance. On retrouve l’énergie du groupe et le bonheur du public au travers d’un double CD live et d’un DVD.

En 2004 le groupe sort un titre pour une publicité Heinz avant d’entamer une tournée européenne. Ils obtiennent les prix du « meilleur show » et « meilleur groupe par vote du public » au Venezuela puis sont numéro 1 au top 50 avec le titre « Gorillón ». Ils font la couverture de Rolling Stone édition Amérique latine. L’année suivante, c’est une 4ème tournée européenne pour présenter un best-of édité spécialement pour le marché européen par le label suisse Leech Records et un titre sur une compilation du label Sabor Discos (« Resto Pollo Rico Vol.2 »).

En 2006, le groupe enregistre de nouveaux morceaux tandis que deux livres biographiques voient le jour. Il faudra attendre l’année suivante pour voir arriver dans nos bacs leur nouvel opus tout en fusion ska-reggae avec rythmes latins, puissance rock et un zeste de saveurs indiennes ! Ce disque « Estrellas Del Caos », avec la participation des Slackers et de El Gran Silencio, rencontre un grand succès en Amérique Latine.

En France, ils bénéficient d’une excellente critique parue dans le défunt magazine Ragga dont le journaliste considère « Estrellas Del Caos », comme un des trois meilleurs disques ska parus en 2007 ! ! ! Parallèlement ils sont présents aux côté de Fermin Muguruza sur la compilation « Muevete Bien :Sabor Mestizo » du label Sabor Discos. 2008, la 5ème tournée internationale est en route afin de défendre leur dernier cd sur scène.

Après la 6ème tournée européenne en 2010, DP est de retour avec « Los Contrarios » en 2011, dans la même veine que les précédents : mélange de différents styles musicaux urbains et latinos, œil critique et sarcastique sur le monde souffrant d’intolérance et d’abus de pouvoir. S’y rajoutent des reprises des Clash et de Madness et des invités spéciaux (mexicains, allemands ou encore japonais). La tournée 2011 en Europe aboutit à l’édition d’un DVD documentaire-concert lors de leur présence en Allemagne où ils jouissent d’une forte notoriété.

2 derniers albums plus intimistes sortent en 2012 « Organico rarezas acusticas vol I » (des titres acoustiques plus ou moins anciens issus de plusieurs concerts) et en 2014 « Guarachando en Navidad vol I ». entre les deux, une huitième tournée européenne !

Enfin 2015-16 est donc l’année des tournées des 30 ans avec un single contre la corruption au Venezuela téléchargeable gratuitement sur leur site et qui fait polémique au pays de Chavez ! Un reportage retrace leur parcours : https://www.youtube.com/watch?v=Lf_rZUlLAPI

Juillet 2016 c’est la sortie du dernier album pendant la tournée européenne « Bailando sobre las ruinas » avec un premier single « Los que se quedan, los que se van » sur l’émigration des Vénézueliens dans le monde et le groupe joue pour la première fois à Paris : https://www.youtube.com/watch?v=4LCWsb_QaPc&feature=youtu.be

https://www.youtube.com/watch?v=5MKQ_iT-B7w(interview en espagnol après le concert)

2017, en février gagne le prix de meilleure chanson ska et meilleur artiste ska de l’année d’Amérique latine lors des Pepsi Music Award. 2018, c’est la sortie du film documentaire retraçant leur histoire « Venezuela es un desorden ».

 

Attention « Desorden está en la calle » (Desorden est dans la rue) ! ! !

LE RAYON DE CE LABEL