Sélectionner une page
poumon perfect judas collectif vacance entropie

Ce disque est garanti production 100% locale en Nouvelle-Aquitaine. Retrouvez-le dans nos points de vente partenaires « Le Rayon du RIM » (disquaires, libraires…) > + d’infos ici.

Artiste : LOÏC LE VAN

Album : Vind 2-0

Label : Cristal Records

Sortie : 21 octobre 2022

Genre : Jazz

 » « Where do we go from here ? » Ce titre de Kenny Wheeler m’a toujours obsédé, il exprime une des valeurs du jazz que je trouve essentielle : ne pas se répéter, toujours avancer. 

Jusqu’à maintenant, ma solution inconsciente a été de toujours créer de nouveaux groupes, d’entourer ma musique de musiciens et d’instruments différents (Sextet, Quartet, Big band, Trio). Pourtant, VIND, c’est le premier groupe avec lequel j’enregistre un 2ème album. Avec Sandrine et Paul, dès les premiers instants, nous avons eu une complicité musicale que nous avons développée au fil du temps, et j’ai envie de voir jusqu’’où notre trio peut évoluer sans perdre son essence. Nous avons en commun la quête de justesse du propos musical, l’envie d’aller à l’essentiel, de ne pas vouloir que les choses techniques aient l’air techniques, l’amour du silence et de l’espace… Il faut que toutes les notes aient un sens et soient vraiment senties. C’est magnifique de jouer avec des musiciens qui vont dans la même direction. 

J’ai souhaité ce deuxième opus différent dans la prise de son et dans nos façons de jouer. Il y a moins de réverbération sur la guitare et la voix, moins d’effets pour la guitare, pour un son plus proche et direct. Sandrine joue du piano préparé, et j’utilise toute ma tessiture (alors que j’avais plutôt travaillé dans les aigus pour VIND 1).

Cette fois, tous les textes sont de la chanteuse et auteure Nicky Schrire – avec qui je travaille pour la première fois – à qui j’ai donné les thèmes sur lequel elle devait écrire (L’histoire d’un clown qui n’arrivait pas à faire rire, ou l’histoire de quelqu’un qui cherche quelque chose toute la journée et se rend compte le soir qu’il n’en avait pas besoin). 

 Enfin, j’ai porté une attention particulière (encore plus que d’habitude !) aux compositions. Avec ou sans texte, tout en nuances et en reliefs, je les ai pensées parfois chansons, que l’on se surprend à fredonner, et parfois ambiances – embruns, blizzard, ou douce brise printanière – dans lesquelles la mélodie s’efface et la voix se fait instrument. Intercalées, trois compositions de Paul et de Sandrine sonnent comme un contrepoint. »

– LOÏS LE VAN –