Sélectionner une page

INTERVIEW · Anne · Organisatrice du festival Égale à égal

Festival Égale à égal, pour l’égalité femme homme dans les arts et la culture

Le Rayon te propose de partir à la rencontre des passioné·e·s qui font vivre la musique en Nouvelle-Aquitaine. Entre circuit-court, développement de projets artistiques locaux et promotion des talents de la région, on t’invite à prendre le café avec les pros du microsillon.

Aujourd’hui Le Rayon te présente Anne, l’une des fondatrices et organisatrices du festival Egale à égal. Un évènement culturel de Poitiers dont le but est de mettre en avant les femmes dans les arts et la culture et de palier les inégalités femmes hommes.

Cette année, retrouvez le festival itinérant du 9 Novembre au 10 Décembre dans Poitiers et le Grand-Poitiers.

Salut Anne, est-ce que tu peux te présenter ?

Je suis Anne Morel Van Hyfte, directrice artistique de la Cie Sans Titre et coordinatrice et fondatrice du festival Égale à égal.

Peux-tu nous expliquer ce qu’est le festival Égale à égal ? Les valeurs ? Le message transmis ?

Et bien les valeurs du festival, c’est défendre l’égalité et contribuer à réduire les inégalités femmes-hommes, notamment dans les métiers des arts et de la culture et permettre une visibilité des femmes sur la scène mais je dirais sur la scène du monde, dans l’espace public et politique.

Comment est née l’envie de créer ce festival ?

C’est l’association Mouvement HF, Égalité Femmes Hommes dans les métiers des arts et de la culture qui est née en 2009 à Poitiers. Cette association est basée en Nouvelle-Aquitaine mais c’est aussi un mouvement inter-régional. On s’est dit « quel outil va-t-on déployer pour réduire les inégalités ? ». Alors, on a déployé ce festival.

> Découvrez mouvement HF

Le Rayon du RIM Nouvelle-Aquitaine festival égale à égal

Le Rayon du RIM Nouvelle-Aquitaine festival égale à égal

Pourquoi faire un festival itinérant plutôt qu’un festival dans un seul lieu ?

C’est la nature même du festival. La programmation du festival s’appuie sur des structures qui accueillent des projets artistiques dans leurs lieux. Le festival se déplace dans ces structures.

Qui compose votre équipe à l’année et lors du festival ? Faites vous appel à des bénévoles ?

Oui, pendant le festival on a des bénévoles. Mais il n’y a pas d’équipe à l’année. Il y a une équipe qui se mobilise (communication, la coordination…) au moment du festival autour de la Cie Sans Titre (dont je fais partie). Au total il doit y avoir 8 personnes.

Comment a t-il été accueilli ? Par les autres festivals du territoire, partenaires, … ?

Le festival a d’abord été accueilli avec un peu d’indifférence et puis on a réussi à s’imposer à force de temps.

Comment concevez-vous la programmation ?

Alors chaque artiste vient avec sa structure. Et donc c’est un partenariat avec une artiste et une structure. Et ils font la programmation. C’est-à-dire qu’il n’y a pas de comité de programmation, il n’y a personne qui dit qui peut passer dans notre festival ou non. Dans ce festival, c’est une artiste, une structure qui présentent un projet et le festival achète la deuxième représentation. Ce n’est pas un énième festival sur une thématique, c’est un levier de production et de diffusion. C’est une programmation vraiment diverse et spontanée qui reste cohérente. Il n’y a aucun regard esthétique sur la programmation.

Le Rayon du RIM Nouvelle-Aquitaine festival égale à égal

Avez-vous rencontré des difficultés lors de l’organisation du festival ?

C’est surtout le montage financier qui demande un gros travail parce que le problème c’est le multi-partenariats. En effet, pour obtenir une somme relativement modeste, il faut vraiment une quinzaine de partenaires, donc 15 dossiers de subvention, des relances… ça fait un gros travail administratif.

C’est la 5e édition… Qui compose votre public ?

Je dirais qu’il y a un public assez large, parce que pour les spectacles pour enfants dans la maison de quartier, il va y avoir des enfants et un public mixte. En moyenne c’est 65 % de femmes dans le public.

Comment voyez-vous l’avenir du festival ?

Le but de ce festival est de disparaître. Que les femmes puissent apparaître dans les programmations de tous les théâtres nationaux, les scènes nationales, les maisons de quartier, partout. Je ne sais pas si ce festival fait avancer quelque chose mais en tout cas, ça fait exister. On voit bien, avec tous les mouvements réactionnaires, que tout ce qui ne se défend pas comme droit a tendance à disparaître.

Une personne, une asso, un collectif avec lequel vous aimeriez travailler ?

J’aimerais surtout que d’un coup on dise, suite au festival Égale à égal, j’ai vu telle artiste ou telle artiste et qu’on ait envie de les programmer. Ce que j’aimerais c’est que ce festival permette de faire émerger des artistes et qu’elles se retrouvent au TAP (théâtre Auditorium de Poitiers). Mes plus beaux compliments seraient : « oh j’ai commencé avec le festival Égale à égal, ça m’a mis le pied à l’étrier, et maintenant on est visible et crédible, etc…« .

Une autre initiative comme la vôtre que vous voudriez mettre en lumière ?

Non tous les autres ils font de la merde ! (rire) Non je pourrais citer  Les Expressifs, dans un autre domaine, de qui je suis très proche. Il y a aussi les menstrueuses et toutes les initiatives qui tendent à mettre en visibilité les femmes finalement. Il y a aussi pas mal de Youtubeuses, j’aime bien le meufisme. Ce sont des outils pédagogiques et de mise en partage gratuits que j’aime bien soutenir. Citons quand même le planning familial puisque depuis le CIDF (Centre d’Information sur les Droits des Femmes), ils sont sur le terrain et accompagnent les violences faites aux femmes à cause des inégalités.

Quels conseils donneriez vous à des personnes voulant se lancer dans l’organisation d’un festival ?

Appelez Sabrina (rire) : c’est la coordinatrice du festival ! Elle gère toute la mise en œuvre et la coordination.

Le Rayon du RIM Nouvelle-Aquitaine festival égale à égal

Un moment marquant des éditions précédentes ?

Et bien mon moment préféré du festival ça a été les « fulgurances ». Une fulgurance c’est quand on se retrouve avec plein d’artistes. J’en ai deux préférés : « Le Bal Masqué des super-héros/héroïnes » et puis « A la folie » avec les textes d’Amélie Bertin. Ce sont des témoignages de femmes au commissariat, très fort comme moment.

 

Pour plus d’information : https://www.festivalegaleaegal.com/

PODCAST • Lionel • Disquaire à Transat

Lionel, disquaire indépendant chez Transat à Poitiers

La Rayon t’emmène à la rencontre des points de vente partenaires du Rayon. Ces disquaires, libraires, cafés, salles de concerts ou encore cinémas… où il te suffit d’entrer pour découvrir tout plein de pépites sonores de Nouvelle-Aquitaine.

Aujourd’hui, équipés de notre micro, nous sommes allés discuter avec Lionel, disquaire dans la boutique Transat, à Poitiers.

PORTRAIT-MÉTIER • Fabien Devaux • Technicien son

Le Rayon vous propose de partir à la rencontre des passioné·e·s qui font vivre la musique en Nouvelle-Aquitaine. Aujourd’hui, coup de projo sur le métier de Fabien Devaux, technicien son principalement en studio pour de l’enregistrement, arrangement, production et mixage et parfois en concert.

Qu’as-tu fait pour en arriver là ?

J’ai commencé par faire de la musique avec mon frère et à m’intéresser presque aussitôt au son. Je me suis retrouvé à enregistrer les maquettes et albums des groupes dans lesquels on jouait, celui de mon cousin et des amis. Par la suite on a pu faire quelques concerts, croiser d’autres groupes et échanger avec eux. Ça m’a permis d’entrer en contact avec d’autres groupes et de commencer à bosser sur d’autres projets. Je suis allé poser des questions à ceux qui savaient mieux faire que moi. Certains m’ont répondu, comme Franck Hueso. Et beaucoup de temps, d’erreurs et de tests. Du coup certaines personnes m’ont fait confiance, comme Cyprien et Vincent de Wallack, ou comme Flo Marcadet, pour ses vidéos de batterie au départ (et bien d’autre projets par la suite). Ça m’a permis d’apprendre des nouvelles choses, faire de nouvelles rencontres et ainsi de suite.


Qu’est-ce que tu aimes dans ton métier ?

Une fois qu’on t’a expliqué « une méthode » et qu’on essaye d’aller vers autre chose ou plutôt d’aller plus loin pour compléter cette méthode, c’est par les tests, les erreurs et les échanges qu’on va pouvoir progresser. Pour entendre les choses par soi même. Et cette phase là, personne ne peut l’acheter. C’est comme quand tu apprends à faire du vélo. Personne ne peut le faire pour toi. C’est du temps et c’est long. Parfois c’est très chiant, parfois c’est vraiment gratifiant. Et c’est surtout sans fin, c’est ce qui fait que ça reste passionnant. Enfin pour moi jusque là en tout cas !

J’ai envie de faire le même métier que toi, quel petit conseil est-ce que tu me donnes ?

Éventuellement, faire une école dans le son. Apprendre à jouer d’un instrument si ce n’est pas déjà le cas. Apprendre les bases de l’électricité, de l’électronique et de l’acoustique. Apprendre comment fonctionne les instruments qu’on aime et qu’on envisage d’enregistrer. Bidouiller de son côté, et demander un coup de main à des gens (dont on aime le travail dans la mesure du possible) qui font ça depuis plus longtemps que soi. Demander comment ils font telle ou telle chose sur lesquelles on bloque et ne pas hésiter à proposer d’aider en contre partie histoire que ce soit donnant / donnant. Prendre une formation en ligne aussi ça aide beaucoup afin d’intégrer une vision d’ensemble du processus, et une méthode pour naviguer dans tout ce bazar. Et prendre le temps de se tromper ! On prend toujours le temps pour ( essayer de) bien faire, mais on ne se réserve jamais du temps pour faire des erreurs. Échanger avec les autres. Acheter du matériel qu’on est sur de revendre. Commencer par les classiques, et affiner si besoin par la suite. Et se concentrer sur la performance de l’artiste, du son de la pièce, du son et du réglage de l’instrument, du placement du ou des micros. Et pas vraiment du prix du matériel. Et bosser. Beaucoup.

Avec quelle personne ou structure régionale aimerais-tu collaborer ?

J’aimerais pouvoir plus échanger entre personnes impliquées dans la prod audio sur la région, pour partager et apprendre. Ce sont des métiers où l’on se retrouve souvent seul face à notre ordi, et on aurait pas mal à gagner à mettre en commun nos ressources et nos expériences.

 

Un bon souvenir dans le milieu musical ?

Il y en a pas mal… Ce qui est marquant c’est de voir des groupes tenir sur la durée, qui cherchent à progresser, bosser leur écriture et leur identité. Et d’être bluffé et excité par les compos à l’écoute de leurs maquettes. Wallack est un bon exemple. Parfois des sessions studio où l’on sent qu’on a capturé « un moment / une performance » un peu spécial où tout le monde se regarde en régie avec des grands yeux. Ou parfois, une « vraie » collaboration, où tu sens que d’avoir « fait tes devoirs à la maison » ( les tests, les erreurs) te permettent de capter là où l’artiste veut aller en terme de son et/ou de compo, d’avoir les outils pour, et de voir leurs têtes satisfaites !

Quel est ton dernier coup de cœur musical ?

Le dernier Loathe et certains titres du premier Sleep Token m’ont mis une bonne claque ces derniers mois.

Quels bons conseil donnerais-tu à un jeune groupe ?

Dans un premier temps essayer de copier les groupes qu’ils aiment et comprendre pourquoi ces morceaux résonnent avec eux. De se concentrer sur la qualité d’écriture et de composition de ces morceaux, de la pertinence des arrangements et de la manière dont tout s’imbrique. « D’écouter » le jeu des musiciens et chanteurs ou chanteuses, et de comprendre la qualité de son qu’ils ou elles ont dans les doigts – indépendamment de la production. Ensuite, bosser leur instrument, techniquement mais aussi ( et surtout) d’un point de vue son : dans les réglages en eux mêmes mais aussi dans le jeu, le choix des notes et de l’arrangement. Et enfin de se concentrer sur leurs particularités propres et de trouver « leur truc », puis d’appliquer la même exigence de qualité étudiée plus haut à leur propre compo. De ne pas avoir peur de laisser de côté les titres qui ne sont pas pertinents, de commencer par des singles ou des ep. Faire les premiers enregistrements avec des gens dont c’est le métier qui puissent les driver. Et apprendre à se produire eux mêmes par la suite, au moins en partie-pour alléger les coups de prod. Et de toujours se placer dans la peau de « l’auditeur » quand ils écoutent leur musique et de se demander « si je tombais sur ma musique sur YouTube ou spotify, est-ce que j’aurais envie d’aller au bout du titre et de l’écouter à nouveau ? ».

Qu’est-ce que tu conseillerais à ton lecteur / ta lectrice d’aller découvrir sur la région ?

D’aller faire du canoë sur la Charente en partant des Forges à Taizé-Aizie jusqu’au Château de Verteuil.

Tu peux embarquer ton lecteur / ta lectrice quelque part en Nouvelle-Aquitaine, où l’emmènes-tu ?

Au Yakido à Poitiers, évidement !!

N’hésite pas à suivre Fabien sur les réseaux sociaux !